Tour des Pérics et gorges de la Carença

L’idée que j’avais des Pyrénées c’est que c’est loin, mais que la nature y est splendide et sauvage. C’est vrai, pas de foule mais des animaux, comme cette hermine poursuivie à coups de bec acharnés par un petit oiseau transformé en furie. L’abondance de l’eau, sous toutes ses formes, vient au premier rang de mes impressions. Dès nos premiers pas, dans le village de Dorres, nous sommes passés devant des fontaines de sources chaudes sulfureuses. Toute la semaine, nous avons randonné de lac en lac, longé et traversé de multiples ruisseaux, torrents et marais recouverts de linaigrettes.

Grâce aux bonnes averses de 16h, nous avons tous appris à jouer au tarot. Ce rituel, associé à la dégustation des bières locales nous a bien stimulé. Nous avons gravi le pic Carlit. Nous avons remonté les gorges de la Carança par des passerelles et ponts suspendus, entre des parois rocheuses couvertes de végétation robuste. Le sentier de redescente, d’abord en belvédère, nous a fait plonger dans la vallée avec pour horizon la mer Méditerranée. Et pour terminer, un clin d’œil aux grimpeurs du camp d’été : en passant au pic de Mortiers, nous avons eu une vue superbe sur les immenses dalles de gneiss de la dent d’Orlu.

Dominique V.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.